Christchurch

Christchurch

Après trois heures de ferry, un bus qui est tombé en panne et n’a pas pu venir nous prendre, un autre qui nous a récupérés et amenés au bus en panne qui a été réparé entre temps– aléas du voyage – j’arrive à Christchurch en soirée. Là aussi, je couchsurfais. Je suis arrivée chez John, homme d’une soixantaine d’année qui fait du jardinage écologique, qui a trois guitares et qui sous sa timidité est quelqu’un de super intéressant. Sound like heaven to me ! J’y ai passé une super soirée ! Le lendemain, après avoir profité d’une wifi de qualité – étonnement en Nouvelle-Zélande, la wifi est passablement mauvaise et payante dans la plupart des hostels – j’ai pris le bus pour aller visiter un peu la ville.

En reconstruction

En 2011, Christchurch a connu un tremblement de terre de magnitude 6.3 sur l’échelle de Richter qui a ravagé la ville. Etant située sur le « ceinture de feu » du pacifique, la Nouvelle-Zélande n’en est pas à sa première secousse, ni la dernière. Aujourd’hui, quand on se promène dans la ville, on peut encore voir de nombreux bâtiments en reconstruction. C’est assez impressionnant. J’ai même posé la question à mon hôte, qui m’a confessé avoir eu une sacrée frousse ce jour-là.

Hormis ceci, la ville est plutôt jolie et les lumières d’automne lui rendait un charme singulier. J’en ai profité pour aller me balader dans le jardin botanique, puis visiter le musée gratuit qui se trouve à l’entrée. Très intéressant, je recommande chaudement d’aller y faire un tour.

Je suis ensuite retournée passer la soirée chez mon hôte et ai repris le bus le lendemain direction Queenstown.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *