La Nouvelle-Orléans

La Nouvelle-Orléans

Je suis tombée amoureuse de cette ville!

la Nouvelle-Orléans, ainsi que la Louisiane, a une histoire très présente. Entre l’ouragan Katrina qui a décimé une grande partie de la ville ou le fait que la ville soit construite sur une terre meuble – les marais ou autrement dit le bayou – font de ce lieu un endroit particulier. Pour souligner l’exemple, dans les cimetières, les tombes sont construites hors-sol, car il est impossible de creuser la terre marécageuse.

Aussi, pour préciser, l’ouragan Katrina n’est pas littéralement passé sur le ville de la Nouvelle-Orléans, mais à proximité, sur les côtes, créant de fortes inondations. Certains disent que les inondations sont arrivées à cause du fait que la ville se situe sous le niveau de la mer. Sur place, on raconte que c’est à cause de mauvaises canalisations qui ont sauté, particulièrement dans le quartier de Treme. Des maisons ont dû être abandonnées et beaucoup de personnes ont dû fuir la ville, notamment des pauvres. Selon les gens sur place, un tollé politique s’en est suivi pour le gouvernement Bush. Certains reprochent qu’il ne se soit pas déplacé rapidement, d’autres de ne rien avoir fait pour que les gens pauvres reviennent dans la ville. Je vous raconte ce que j’ai entendu, je n’ai pas été sur place assez longtemps pour investiguer plus clairement et me faire une réelle opinion.

Le French Quarter ou Vieux CarréFrench quarter - vieux carré

Dans le French Quarter, les maisons sont construites selon une architecture coloniale française, ajoutée à une architecture coloniale espagnole. En d’autres mots, ça ne ressemble pas du tout à la France, mais bon. De base construite en bois, nombreux incendies – et reconstructions -au 18ème siècle ont amené la ville à adopter ces différents styles.

Quant aux rues où il faut aller, citons notamment Bourbon street, qui est la rue de la fête. Au bord du Mississippi, on trouve le French Market, sorte de marché aux puces ouvert tous les jours. Le quartier est très sympa à visiter, composé de petites boutiques, antiquaires, restaurants. Il est facilement parcouru à pied. Et à chaque coin de rue (ou presque) de la musique.

Et dans ses veines coule la musiqueMusiciens

Les groupes de rues sont assez variés. On y trouve de la musique plutôt Cajun – du bayou -, avec ces fameuses planches à laver comme instrument (j’adore!), de la musique classique, du rock et, bien sûr, du jazz (genre qui regroupe, disons-le, un grand nombre de musiques). Sans sa musique, la Nouvelle-Orléans ne serait pas la même. Dans les rues du Vieux-Carré, on se balade, on s’arrête, on écoute, on continue, on s’assoit un moment, on regarde, on profite, on respire.

Une ville donc fortement marquée par l’ouragan, mais aussi par le rythme du Jazz! Aaaaah, le jazz de la Nouvelle-Orléans. L’originel. Le vrai (enfin, selon moi). Celui qu’on aime. Celui qui se partage. Bref, le jazz. La rue où l’on trouve le plus de bar avec groupe de Jazz c’est à Frenchmen street, mais pour vivre une réelle expérience du Jazz de New Orleans, je vous conseille fortement d’aller à Preservation Hall. Il y a trois concerts par soir, d’une heure, à 20, 21 et 22 heures. Il faut y être bien une heure à l’avance car la file d’attente est loooooongue (j’y suis allée un dimanche de forte pluie – genre vous traversez la rue, vous êtes trempés – et la file d’attente était super longue, alors les jours de beau temps…), mais ça vaut la peine. A l’intérieur, une petite salle. Un batteur, un trompettiste, un pianiste, un saxophoniste (qui joue aussi d’autres instruments à vent), un contre-bassiste et un tromboniste entrent en scène et vous font découvrir le bonheur du jazz. Un peu à la Louis Amstrong (si j’ose), ils parlent, chantent, rigolent, blaguent, tout en jouant et en faisant participer le public. C’est de la musique conviviale. De la musique qui se partage. Par contre les photos à l’intérieur sont interdites. Pas d’images sur ce coup.

Les parades – Mardi GrasHalloween Parade

Je n’ai pas (encore) eu la chance d’être à la Nouvelle-Orléans pour Mardi Gras, mais j’ai pu découvrir la parade d’Halloween – un 24 octobre -. Les chars, les gens qui défilent et dansent, c’était super! Perchés en haut de leur chars, les gens vous lancent des bonbons, mais aussi des colliers de fausses perlent de couleur. Il est dit que ces colliers sont lancé durant la Mardi Gras aux filles et que celles-ci montrent leurs seins. Halloween ou pas, je n’ai vu personne lever son t-shirt (pourtant certaines je suis sûre que ça peut faire peur! – Je rigole -).

You’re in N’awlins, baby

N’oublions pas les gens. Avec leur accent du coin – N’awlins = New Orleans -. Ils sont souriants, sympathiques, ils aident facilement et  conseillent volontiers, que ce soit sur la musique, la nourriture ou la rue à visiter. Ils t’appellent « baby », expression commune ponctuant leur discours. Certains parlent aussi français – langue qui a résisté avec les années, mais qui tend à se perdre maintenant -, d’autre parlent Cajun. Le Cajun? C’est une sorte de franglais, incompréhensible (un taxi que j’ai pris parlait Cajun, je n’ai compris que « Baby » ou « ma chérie » et j’ai acquiescé poliment – il faut que j’arrête de faire ça -. Heureusement, il m’a déposé au bon endroit, mais je n’étais pas très sûre sur le coup).
Les Cajuns ou Cadiens, qui vivent dans le bayou, sont d’ancien Canadiens (Acadiens d’Acadie, région qui est aujourd’hui mieux connue sous le nom de Québec et de ses environs) qui ont descendu le Mississippi à l’époque (le grand Dérangement). Bref, il paraît que les Cajuns parlent encore français pour la plupart, mais je n’ai malheureusement pas eu la chance d’en rencontrer.

Le bayouBayou

Les Cajuns vivent donc principalement dans le bayou. Leurs maisons ne sont souvent accessibles que par bateau, donnant directement sur l’eau. Le bayou est aussi peuplé de différentes espèces animales, dont notamment des alligators et des tortues, mais aussi de cochons et des ratons-laveurs. Je vous laisse plutôt découvrir les images, elles parleront pour moi.

La nourriture

Alors que vous êtes habitués – voir écoeurés – des hamburgers et des french fries – frites – la Nouvelle-Orléans vous offre soudainement un bol d’air frais. Enfin, de gombo pour être exacte. Le gombo, c’est une sorte de ragout avec différentes choses dedans (à vous de choisir viande, poisson, un peu de tout) servi avec du riz. C’est bon, mais attention, souvent le gombo est très épicé! Parce que oui, la Louisianne est la terre mère des sauces épicées dont notamment le tabasco. Nous sommes allés – mes parents qui m’ont rejoins pour l’occasion (wouhou) et moi – dans un magasin qui vend toutes sortes de ces sauces-là, et on peut les goûter. Ah ben ça m’a tellement réussi que j’ai chopé un sacré mal de gorge (avec l’aide de l’air climatisé dont je ne suis pas grande fan)! – notez le jeu de mot bilingue –
Autre plat du coin, le Jambalaya, plat à base de riz, sauce tomate, de viande, de poisson ou d’un peu de tout et de légumes. J’ai testé, j’ai aimé.

N’oublions pas, pour conclure, les fameux beignets (oui, ceux que cuisine Tiana! Vous savez, la Princesse et la grenouille. Walt Disney. Non? Retournez à vos classiques!) En gros, c’est de la pâte genre feuilletée, jetée dans de l’huile à frire, puis recouverte de sucre glace en poudre. Enfin, recouverte… disparue sous une avalanche de sucre glace, devrais-je dire! C’est assez bon en soi, bien qu’un brin écoeurant.

J’ai logé dans une petite auberge bien sympathique à 5 – 10 minutes à pied du French Quarter. C’est une maison typique du coin.  Elle se nomme Isabel’s House ou Maison de Lagniappe, se situe au 1021 Kerlerec street, New Orleans 70116. Si jamais.

Voilà, après une semaine forte de ces découvertes, j’ai d’abord dû dire au revoir à ma famille pour ces sept prochains mois – pas facile, même quand on est une grande fille, fière et indépendante… hum… – et j’ai ensuite quitté N’awlins et pris le car pour 18 heures de route direction: Miami Beach!

Voir les Galeries.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *