San Francisco

L’aventure commence ici: San Francisco.

Après une petite quinzaine d’heures de vol, quelques 6 heures d’escale (en deux fois), me voilà arrivée dans cette ville qui, comme promis, est absolument géniale. En deux jours, je me suis beaucoup baladée à pieds et à vélo, à l’exception du célèbre Cable Car bien sûr.

Fisherman’s Wharf

J’ai découvert cet endroit avec grand enthousiasme. Ce port face à Alkatraz m’a séduite, malgré son côté ultra touristique. Il y règne une super ambiance et le Pier 39 tout en bois est charmant. Il y a d’ailleurs plein de boutiques pour les fans de shopping – et pour les autres aussi d’ailleurs. Si je n’avais pas huit mois de voyage devant moi, j’aurais acheté plein de choses -. Il y a aussi plein de restaurants qui proposent crevettes, gambas, crabes et homards. Ils ne sont pas donnés (environ 20 dollars la salade de crabe, plus de 30 le 1/2 crabe, 13 la demi douzaine d’huitres), mais le lieu est chouette et, faut le dire, j’adore les fruits de mer. Et il ne faut pas oublier de mentionner les Sea Lions, ou otaries, visibles au Pier 39 également. Ils sont beaux à se bronzer la couenne au soleil.
J’ai également visité le Maritime National Historical Park, que je recommande. C’est une activité gratuite, à l’exception de l’accès aux bateaux, accessibles pour une dizaine de dollars.

Downtown

J’ai également été me promener dans le quartier de l’Union square, remonté la Grant avenue jusqu’à China Town. J’ai continué dans les rues – monter, descendre, monter, descendre 😉 -. J’ai ensuite tourné sur la droite afin de rejoindre la Telegraph Hill et sa Coit Tower. D’ailleurs, cette tour est entourée d’une sorte de petit parc dans lequel il est possible d’apercevoir des Coyotes. J’ai personnellement eu la chance d’en avoir un en face de moi! Des panneaux informatifs disent néanmoins qu’il faut se tenir à distance et les effrayer en criant afin que ceux-ci ne s’habituent pas trop à approcher l’humain.

le Golden Gate (à vélo).

J’ai loué un vélo – 29 dollars la journée – afin de visiter par les côtes le Golden Gate, puis son parc, qui n’est pas tout à fait à côté. Pour information, la balade m’a pris environ 7 heures, avec une heure de pause pour manger et des arrêts par-ci par-là. Le tour purement et simplement prends je dirais entre 4 et 5 heures non-stop. Si vous êtes bon pédaleur, c’est possible de le faire en moins de temps.

Le Golden Gate

Je suis partie des Wharfs, j’ai longé les bords de l’eau jusqu’au Golden Gate, magnifique ferraille rouge. La balade est chouette, au bord de la Marina. On arrive aux pieds du pont. Le chemin mène ensuite au départ du Golden Gate, qu’il est possible de traverser à vélo et d’aller visiter la ville d’en face Sausalito (et même de revenir en Ferry). Je ne l’ai personnellement pas traversé ce jour-là, comptant le faire en voiture en partant pour le Yosemite.

La côte Ouest

Ensuite, direction l’ouest. La balade jusqu’au Golden Gate est facile et majoritairement plate. C’est ensuite que ça se gâte. Le chemin cyclable longe la côte, qui offre de super paysages, par contre il monte et descend. J’ai personnellement fatigué sur la montée menant au Lands End, mais ensuite il n’y a pas à dire, on profite de la descente.

J’ai mangé dans un petit bistrot sympa, le Louis’, aux Seal Rocks. La restaurant offre une très belle vue, sauf que manque de pot, le délicieux brouillard connu de San Francisco est venu s’installer. C’est comme si on voulait effacer le paysage. Tout est alors blanc.
J’ai tout de même repris la route, par peur de manquer de temps. Je n’ai pas vu grand chose de la fameuse Ocean Beach, mais cette plage a l’air énorme.

Le Golden Gate Park

Sur la gauche, le Golden Gate Park. Une bonne balade aussi, j’avoue qu’à la fin j’avais un peu de difficulté avec les montées (aaaah San Francisco). Le parc est grand, avec des endroits intéressants, de jolies balades, de beaux moulins, des chevaux, des lieux à visiter. J’y suis rentrée en plein brouillard, j’en suis ressortie il faisait grand beau à nouveau.

Le brouillard et le pont

Par la suite – fatiguée je dois bien l’avouer – j’ai voulu reprendre la direction du Golden Gate. Quand je suis arrivée à proximité, c’était magnifique. Le brouillard marquait une bande distincte, juste sur le pont. Comme si le temps avait décidé de se moquer des touristes venus pour le voir. J’ai voulu monter à l’entrée du pont, mais la purée de pois était trop intense. Je suis alors redescendue, j’ai rendu le vélo (avec soulagement au final), puis je suis tout de même aller profiter des derniers rayons au Fisherman’s Wharf.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *