Bagan – Pagan

Bagan

Vers la galerie.

Parties aux alentours de 21h de Yangon, nous arrivons à 4 heures du matin à Bagan. Le soir d’avant, nous avons rencontré deux genevois à l’hôtel avec qui nous avons partagé le taxi jusqu’au terminal de bus. Nous n’avons pas pris la même compagnie, nous les avons donc attendus afin de repartager un taxi, d’autant plus que nous allions dans le même établissement à nouveau ! Je peux vous dire qu’après autant de temps passé loin du pays, l’accent genevois je l’entends maintenant ! Ahah.

Ils ont pu avoir une chambre quasiment tout de suite, nous avons dû attendre une ou deux heures avant la nôtre. Mais l’hôtel nous a proposé de prendre le petit-déjeuner en attendant, alors ça va, si on nous nourrit, nous pouvons coopérer.

Visite à bicyclette

Une fois installées, nous avons loué deux vélos (pour 3000 kyats au total, soit 2,30 CHF / 2,14 €) pour aller visiter cette fameuse cité aux 10’000 temples. Il fait chaud, il y a beaucoup de poussière, mais qu’est-ce que c’est joli! On a eu beaucoup de plaisir à se balader à vélo dans ces champs remplis de petits temples ci et là. Nous nous sommes arrêtées à plusieurs reprises pour visiter un peu et éviter la masse de touristes – qui n’était pas si grosse cela dit, l’avantage de voyager hors saison –. Quant aux temples plus grands, ils sont impressionnants. Nous n’avons malheureusement pas pu visiter l’ensemble des temples ou toutes les parties de ceux-ci à cause du tremblement de terre qui a eu lieu en septembre de cette année. Pas mal de monuments en ont souffert et il peut être dangereux d’aller se promener dans les gravas. Mais honnêtement, nous nous sommes tout autant régalées.

46Sur le retour nous avons fait un stop sur une des petites pagodes afin d’y admirer le coucher de soleil. Très sympa, les quelques touristes présents se retrouvent au rendez-vous.

Le soir, nous sommes allées manger dans un petit resto du coin. L’avantage de Bagan, un des coins les plus touristiques du Myanmar, c’est qu’on y trouve de tout type nourriture, locale comme occidentale.

Le lendemain rebelote, vélo, transpiration, plaisir. Nous avons essayé pour le coup d’éviter les heures chaudes – entre 12 et 15h – pour ne pas suer des litres à nouveau. Le must serait de faire une partie tôt le matin, puis en soirée, avec sieste au milieu – faut bien s’adapter au rythme local non ? –.

Histoire de bien en profiter, nous sommes retournées voir le coucher de soleil, 60mais cette fois nous voulions n’être que les deux. Nous avons donc pris nos petits bicycles, un coca et sommes allées nous poser au milieu d’un champ, derrière un des gros temples de Bagan. Ca a été un de ces moments qui rendent la vie encore plus agréable. Deux copines, des temples, un coucher de soleil, le pied ! J’admets que j’adore voyager seule, mais de pouvoir partager ce genre de moment est délicieux.

Mont Popa

73 Non loin de Bagan, il y a le fameux mont Popa. À son sommet un temple. Le voyage se fait en minibus, dure environ 1h30 et une fois arrivé sur place, il faut monter les quelques marches qui mènent en haut (il y en a bien pour 20 minutes d’escaliers). Pas si dure la montée en soi, sauf qu’il faut éviter et se méfier des nombreux singes sur place. Dès l’arrivée, les primates habitués des passants vous regardent d’un oeil torve scannant la moindre miette de bouffe qui pourrait se trouver sur vous. Peu craintifs, ils n’hésitent pas à vous sauter sur le dos… Perso, je ne suis pas super à l’aise dans ce genre de situation. Heureusement, tout s’est bien passé, aucun singe ne nous a cherché querelle.

 Une fois en haut, la vue est jolie, les temples pas trop mal. La balade est sympa, mais ça ne casse pas trois pattes à un canard non plus. Sur la descente, nous avons beaucoup rigolé voyant un moine se battre avec un des singes ! Quoique nous étions tout de même assez étonnées. De ce qu’on m’a raconté au Vietnam, les moines ne sont pas du tout censés faire du mal aux animaux (et aux humains, cela va de soi)… Cela dit, les moins birmans semblent ne pas répondre aux mêmes règles que ceux ailleurs en Asie du Sud-Est. Rien que le fait qu’ils fument et chiquent, ce qui, pour les autres, est formellement interdit vu qu’ils n’ont pas le droit de consommer tout élément toxique à leur organisme et qui pourraient dévier leur pensées.

Bref, nous sommes ensuite retournées à Bagan afin d’y attendre notre bus de nuit direction Kalaw.

P.S : Tous les prix et les moyens de déplacement seront mieux expliqués dans un prochain papier. J’attends encore de trouver le temps et la bonne connexion internet pour le faire. Cela dit, je réponds volontiers à toutes questions en attendant. N’hésitez pas à utiliser le formulaire de contact!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *