Kho Phi Phi (et Phuket)

Phuket et Kho Phi Phi

Depuis la Nouvelle-Calédonie, j’ai donc volé jusqu’en Thaïlande, plus précisément jusqu’à Bangkok. A peine arrivée, je me suis précipitée dans un taxi (que j’ai réussi à partager avec d’autres voyageurs) pour rejoindre au plus tôt un ami qui m’attendait à l’hôtel ! En vacances, il m’a rejoint pour un peu plus de deux semaines ! Wouhou !

Tels deux ado, nous avons discuté jusqu’à 4 heures du matin afin de faire les updates de nos vies respectives, puis nous nous sommes écroulés de sommeil. Il avait + 5 heures de décalage horaire, moi -4h. Le lendemain nous nous sommes baladés un peu dans Kao San road – dont je vous parlerai plus en détails dans un article sur Bangkok –, nous avons profité des fameux massages thaïlandais, puis nous nous sommes dirigés vers l’aéroport destination Phuket.

Phuket

Je ne peux malheureusement pas vous dire grand chose à propos de cette ville. Nous sommes arrivés en début de soirée. Nous avons attendu une heure pour prendre un bus 5 à 6 fois moins cher qu’un taxi [100 bahts = 2.80 CHF/ 2.60 €]. Le temps de checker-in à l’hôtel (dont la chambre n’avait pas de fenêtre, argh!), nous sommes allés manger quelque chose et sommes allés nous coucher. Tout semblait fermé dans les rues (nous étions dans la ville même). Peut-être qu’au bord de la mer il y a plus d’activité.

Le lendemain, nous nous sommes baladé jusqu’au centre d’information touristique puis avons réservé un bateau pour le jour même direction l’île de Kho Phi Phi. Le bateau nous a couté quelques 600 bahts pour un bateau Phuket – Ko Phi Phi et un trajet Ko Phi Phi – Krabi [=16.90 CHF/ 15.50 €].

Ko Phi Phi

Environ deux heures de bateau plus tard, nous voilà sur l’île. Nous prenons une chambre proposée par un des types qui attendent les nombreux touristes sur le port. Une fois installés, nous allons nous poser un moment sur la plage, qui est sympa mais sans plus. Les eaux thaïlandaises sont malheureusement très polluées. C’est quelque chose qui a déjà tendance à me choquer, d’autant plus en arrivant de Nouvelle-Calédonie.

Ko Phi Phi, comme la plupart des îles Thaïlandaises, est conçue pour les touristes. C’est joli, mais il n’y a que des restaurants, magasins et tatoueurs – oui c’est la grande mode de se faire tatouer au bambou là-bas – et la nuit venue, les bars qui donnent sur la plage mettent le son à fond et des jongleurs de feu ou des cordes à sauter géantes et lumineuses sont là pour divertir le touriste, qui ne tardera pas d’avoir l’oeil torve d’abus de ces fameux « bucket », seau rempli d’alcool qui coûte largement moins de 10 CHF sur place… Bref, nous avons quand même profité, dansé, etc. J’avoue qu’un soir c’est sympa, mais à Kho Phi Phi, c’est la même rengaine tous les soirs.

Maya Bay

Nous avons partagé le lendemain un bateau taxi avec deux personnes rencontrées le soir d’avant histoire d’aller voir Maya Bay, la fameuse plage où a été tournée la film « La plage ». L’île est superbe, sorte d’énorme rocher sortant de l’eau. Par contre, la Maya beach, c’est sympa mais clairement surexploitée. Déjà qu’on paye le taxi boat un prix certain, faut encore débourser 400 bahts [= 11.25 CHF/ 10.35€] pour poser ne serait-ce qu’un pied sur cette plage, qui de plus est blindée de touristes. J’étais pour ne pas y aller, mais une des personnes avec nous était venue en Thaïlande grâce au film… bon, ben allons-y.

La plage est belle, certes, et il y a une petite promenade pour traverser l’île qui est plutôt sympa. Par contre, pas de photos pour le coup, désolée. Ma GoPro et moi nous sommes séparées à Ko Tao, ce avant de décharger les images… argh !

Bref, j’ai personnellement été un mets de choix pour les moustiques sur la petite balade et ce malgré l’anti-moustiques ! J’ai compté : une trentaine de piqures en mois de 10 minutes ! Aïe ! Donc mes jambes de bonhomme Michelin et moi sommes allés nous poser sur la plage un moment, puis tout le monde est remonté dans le bateau pour rentrer sur l’île – avec un passage sur la Monkey beach où il n’y avait pas de singes… car en fin de journée ils remontent dans la forêt pour aller se coucher –. Bref, une journée extraordinaire – notez l’ironie –.

Nous avons pris le lendemain un bateau direction Krabi – oui, c’est aussi un nom de Pokémon, lâchez vos téléphones un peu que diable ! – pour prendre un bus, puis un bateau afin d’arriver sur l’île de Ko Samui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *