Siem Reap – Angkor

Après environ 7 heures de bus, me voilà arrivée à Siem Reap. Une petite douche, puis je suis partie démarcher les tuk-tuks pour aller le lendemain à Angkor.

Angkor

Voir la galerie.

J’ai rencontré une sympathique Indienne avec qui nous avons partagé le tuk-tuk. Vu qu’elle n’avait pas beaucoup de temps à Siem Reap, nous avons fait le grand circuit – même plus – en une journée. A savoir que l’entrée à Angkor – argent qui d’après les Cambodgiens part directement dans la poche du Vietnam – est de 20$ pour une journée et 40$ pour trois jours.

Nous avons commencé notre journée à 4h30 du matin, car nous voulions aller voir le lever du soleil. C’est donc les yeux encore gonflés mais pleines d’entrain que nous avons fait la queue pour payer l’entrée, puis notre tuk-tuk nous a amené devant Angkor Wat – le temple le plus connu –. Nous avions le choix : louper le lever de soleil et directement aller dans le temple afin d’éviter la m5asse de touristes, ou regarder le lever de soleil. Nous avons choisi la deuxième option, car la vue était franchement magnifique. Nous nous sommes ensuite mêlées au flow de touristes pour entrer dans ce fabuleux temple aux multiples tours. C’était magnifique, la réputation d’Angkor n’est pas en vain. Pour le coup, les photos parleront mieux que moi.

Nous nous sommes ensuite dirigées vers Angkor Tom et son temple principal Bayon. Mon préféré ! Un des plus connus aussi, avec s44es innombrables têtes dirigées vers les quatre coins du monde. Le temple est un vrai labyrinthe et il est facile de se perdre dans ses dédales. J’adore ! De quoi m’amuser pendant des heures à être la digne fille d’Indiana Jones (ou de Tomb Raider, mais je ne crois pas avoir les bonnes mensurations!)

56Ensuite, nous avons visité bon nombre de temples, une dizaine en tout je crois, je ne citerai donc qu’un de mes préféré: le temple Ta Prohm, connu pour ses arbres magnifiques. La balade est splendide. Ces pierres vertes de mousse sur lesquelles les racines des arbres trouvent leur équilibre. Wouaw.

Nous avons négocié ensuite avec Sinat, notre chauffeur, pour voir le couché de soleil – oui, une sacré longue journée – mais honnêtement ça n’en valait pas vraiment le coup. Il faut monter sur une colline et faire le queue pendant des heures pour monter sur le temple sur lequel les gardes ne laissent entrer que 300 personnes. Vu que tout le monde s’y précipite et qu’ils ne laissent entrer les personnes qu’en fonction du nombre qui sont sorties, on y a fait la queue pendant plus d’une heure je pense. 80Au final, nous avons été chanceuses et avons pu monter avant que le soleil ne se couche complètement. Mais laissez-moi faire ma blasée des couchers de soleil (je sais, c’est injuste) et vous dire que celui-là n’en vaut pas vraiment la peine. Je pense qu’il vaut mieux retourner à Angkor Wat pour voir le temple baigné dans la lumière orangée  du soleil couchant.

Bref, nous sommes retournées à Siem Reap fatiguées d’une journée intense (nous sommes clairement templifiées!) durant laquelle nous avons transpiré plus d’eau que nos corps peuvent en contenir – il fait chaud à Angkor ! -. Nous avons pris une brève douche et sommes allées manger une miette et boire des verres à Pub Street.

Siem Reap

Voir la galerie.

Pub Street et Night Market

Siem Reap de jour n’est pas très vivante, tout le monde est à Angkor, par contre, dès la nuit tombée, la ville prend vie.

Le Night Market occupe à peu près toute la ville – j’exagère, mais il est énorme –. De base, je pensais qu’il n’était que dans une rue ou deux, puis en marchant un peu j’ai pu m’apercevoir qu’il s’étend bien plus loin que ça. C’est assez sympathique, mais si vous n’avez rien à acheter, vous en faites vite le tour.
2Direction donc Pub Street. C’est un peu la Kao San Road de Siem Reap mais en plus sympa. Il y a de la musique, des restaurants, des bars. Pour le coup, j’ai bien aimé. Et les gens à Siem Reap sont super sympathiques ! On y a passé une très bonne soirée avant d’aller s’écrouler nonchalamment sur nos lits.

Les alentours

J’ai ensuite passé une journée avec le chauffeur de tuk-tuk de la veille à qui j’ai demandé de m’amener dans la campagne autours de Siem Reap. 7On s’est baladé un moment, il m’a montré une ou deux rizières, le départ des bateaux pour le village flottant – que je n’ai pas visité car le bateau coûte quelques 20$, budget oblige – puis nous sommes retournés à Siem Reap où il m’a gentiment invité à manger une sorte de salade de fruit locale que j’ai adoré. Sinat, le chauffeur de tuk-tuk, à 23 ans, ne parle pas un super anglais mais souhaite le pratiquer pour mieux apprendre et paye ses études et aide sa famille avec son tuk-tuk. Il est très sympa. Pour ceux qui vont à Siem Reap, n’hésitez pas à le contacter ! Peut-être vous fera-t-il un bon prix !

Facebook : @SaraDada

Le cirque

Le soir, j’avais un bus de nuit pour Phnom Penh et Kampot vers les 23 heures, j’ai donc pris le temps d’aller voir le spectacle de cirque qu’on m’avait fortement conseillé. 27Eh ben ça en valait la peine !
C’est une ONG qui tient la baraque. Cette dernière a créé une école d’acrobatie et aide les enfants à être scolarisés. Elle aide également certaines familles si j’ai bien tout suivi. Le spectacle que j’ai vu était donné par la classe de dernière année de l’école.

Petite précision juste, c’est un cirque sans animaux, j’aime déjà mieux. Le spectacle était super. Les jeunes sont doués et font des pirouettes à ne plus savoir où regarder. Bien que leur niveau ne soit pas non plus celui d’expert, ils se donnent bien. Ce qui m’a le plus enchantée, c’est la mise-en-scène, le message en arrière plan, la poésie du show. Je l’ai trouvé très bien monté, une scène en particulier m’a beaucoup touchée et m’a mis les larmes aux yeux. C’est un cirque comme je les aime, pas d’animaux, une vraie mise-en-scène et non juste des guignols qui prennent des risques pour épater la galerie.

Je vous recommande grandement d’y aller si vous passé par Siem Reap !

Revenue de cette super soirée, j’ai été prendre mon bus couchette – oui oui, ce ne sont pas des sièges, mais des couchettes, incroyables ! – et suis partie direction Sihanoukville.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *